Les normes de management de la qualité, de sécurité et de risque ainsi que les exigences pour évaluer la conformité à ces normes, font l’objet de révision en ce début d’année 2018.

Avec la révision de la norme ISO/IEC 9001 de management de la qualité, en 2015, il est devenu nécessaire d’aligner les autres normes de management sur les exigences nouvelles pour plus de cohérence et d’efficacité et d’introduire de nouveaux référentiels.

La révision a concerné la gestion des projets, la gestion de la configuration, les compétences des laboratoires d’étalonnages et d’essais, le management de la qualité des dispositifs médicaux, la sécurité de l’information, le management de la santé et de la sécurité au travail, le management du risque ainsi que les nouvelles exigences qui  découlent de cette révision, pour toute la chaine d’évaluation de la conformité : audit, certification, accréditation.

Deux normes nouvelles viennent enrichir la collection :

  1. La NT110.345 (2017), Lignes directrices pour l’application de l’ISO/IEC 9001, version 2015. Cette norme est très utile aux entreprises qui n’ont pas encore fait leur reconversion au nouveau référentiel de management de la qualité. Elles y trouvent une méthodologie simple à suivre et qui leur permet d’économiser les frais de l’assistance technique.

 

  1. La NT110.344(2017), Lignes directrice et exemple d’un schéma de certification pour les services. Cette norme constitue une avancée importante pour reconnaitre la qualité intrinsèque du service. Equivalente à la norme ISO/IEC 17028 (2017), elle fournit une base internationale pour l’octroi des marques nationales de conformité, aux entreprises de service, entre autres, par les instituts de normalisation.

 

Si la normalisation des services n’est qu’a ses débuts, la demande internationale est importante et la croissance est plutôt rapide. Les services représentent plus de 75% du PIB et des emplois dans les pays les plus développés et l’ISO qui dispose déjà de 700 normes de service, a inscrit cette activité comme priorité dans sa stratégie 2016/2020.

 

Ce guide définit déjà le service par rapport au produit industriel, dans la mesure où il est généralement intangible et nécessite une interface entre le prestataire et le client. Bien qu’il soit souvent répété plusieurs fois, le service est  éphémère, aussitôt fourni, aussitôt consommé.

 

23 mars 2018

Source : www.innorpi.tn

 

 

 

Le service a désormais sa norme de certification !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *