Aujourd’hui, les avantages technologiques et les bonnes pratiques de gouvernance véhiculés par la normalisation,  ne sont plus audibles.

On est loin de l’époque où pour accompagner et encadrer l’émergence et l’essor de l’industrie tunisienne, le Département de l’Economie Nationale a créé et entretenu pendant au moins deux décennies, un  réseau d’experts en normalisation appartenant aux différentes administrations, patronat et institutions techniques, pour développer un consensus national sur les normes tunisiennes des produits industriels et leur stricte application dans les marchés publics, à l’import et à l’export.

Ce réseau a commencé à s’effriter à la fin des années 2000 faute de politique nationale de normalisation cohérente avec la libéralisation de l’économie. Au lieu de passer progressivement dans le giron du secteur privé à l’instar des pays qui venaient de faire leur entrée dans l’espace européen, le système normatif a été marginalisé et le réseau des dizaines d’experts techniques tout simplement démantelé.

L’attitude de crispation du secteur privé par rapport à la normalisation, perçue comme une contrainte plutôt qu’un outil de travail voir une stratégie d’avenir, n’a malheureusement pas évolué avec le temps.

Les conséquences négatives sur la productivité, la maitrise de l’importation, la transparence des marchés publics, la concurrence saine et le développement de l’industrie, deviennent de plus en plus lourdes à supporter par l’Etat, le monde économique et les citoyens.

Œuvrer pour un nouveau consensus sur la normalisation et bâtir un système moderne dans le cadre d’un partenariat Public/Privé, est une obligation pour redresser l’activité économique.

Aussi, contribuer à cet objectif par la diffusion de l’information  sur les activités relatives à la normalisation et la qualité dans notre pays, l’information sur la dynamique européenne et internationale dans ce domaine, est le but de consensus.

Pourquoi une nouvelle revue de la Normalisation et de la Qualité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *